La grande aventure du journal Tintin 1946 - 1988
Accueil de BD Tek Rechercher Votre compte

Album : Les faux visages, Une vie imaginaire du Gang des Postiches


 
 
 
Les faux visages, Une vie imaginaire du Gang des Postiches

Titre de la série

   * Les faux visages


Titre de l'album

   * Une vie imaginaire du Gang des Postiches

Auteurs

   * Dessin :
   * Scénario :

Informations

   * Editeur :
   * Genre : Polar / Thriller
   * Couverture : Cartonnée
   * Format : 195 x 265 mm
   * Nb pages : 152
   * Couleur / N&B : Bichromie
   * Date : 5 janvier 2012
   * ISBN / EAN13 : 2754801294 / 9782754801294
   * Prix de vente : 21.00 €

Description

Parallèlement aux Meilleurs Ennemis (dont le premier tome a paru en septembre 2012), c'est aussi au scénario d'une série consacrée au milieu du banditisme, que David B. s'est attelé ces dernières années.

C'est en compagnie d'Hervé Tanquerelle (La Communauté) que s'ouvre le bal des crapules avec l'histoire du fameux « Gang des postiches ».
Relatant fidèlement tous leurs casses et leur méthodologie, c'est avec la narration des rapports humains, que David B. donne tout son sel à cette aventure effarante. Analysant et s'imprégnant de la psychologie de chacun des gars, David B. a imaginé leur vie de l'intérieur, leurs frictions parfois dans les décisions à prendre, et la formidable amitié qui les liait.
Hervé Tanquerelle, de son dessin efficace et expressif, leur donne vie avec vivacité et humour

Les années 80. Les années fric. À chacun, sa façon d'en gagner !
Eux, ils sont huit, sur les hauts de Belleville. Il y a le cerveau, celui qui aime cogner, le taiseux, le mystique, l'ex proxénète, le monte-en-l'air indépendant, l'ancien para, ou encore Rouve, le gitan, dont la marotte est l'histoire des bandits des siècles passés. Ils n'ont aucun lien avec le « milieu », le grand banditisme ou la mafia. C'est « une bande de copains, pas de voyous » !, qui a un jour décidé, pour venger l'un des leurs tué par un flic, de dévaliser des banques, car « pour les bourgeois, piquer du fric, c'est pire que faire couler du sang » !
Et c'est grâce à l'érudition de Rouve, et indirectement à Marcel Schwob (...), que leur vient l'idée géniale de se déguiser. Sus aux cagoules et autres bas nylon ! Il s'agit maintenant de se faire passer au premier abord pour des clients ordinaires. Vive les perruques, postiches, fausses moustaches, chapeaux, turbans et autre habit de curé !
En cinq ans, ils multiplient les casses, n'hésitant pas à attaquer plusieurs banques dans la même journée, n'y restant que le temps de vider un maximum de coffres-forts. La police est totalement impuissante et dépassée. Elle n'arrive pas à comprendre leur logique, leur façon de choisir le lieu de leurs braquages, même ses indics sont paumés... Le mythe se crée.
Et devant tant d'argent facile, certains flics pourris s'y mettent ! Les copieurs-plagieurs aussi, brouillant d'autant plus les pistes...


Liens

Futuropolis : Les faux visages

 
Votez pour cet album

Soyez le premier à évaluer cet album
Pour évaluer cet album, vous devez créer un compte ou vous identifier
Réseaux sociaux