La grande aventure du journal Tintin 1946 - 1988
Accueil de BD Tek Rechercher Votre compte

Album : Villerupt 1966


 
 
 
Villerupt 1966

Titre de la série

   * Villerupt 1966


Titre de l'album

   *

Auteurs

   * Auteur :

Informations

   * Editeur :
   * Genre : Chronique
   * Couverture : Cartonnée
   * Format : 200 x 265 mm
   * Nb pages : 300
   * Couleur / N&B : Couleur
   * Date : 10 novembre 2010
   * ISBN / EAN13 : 2912747554 / 9782912747556
   * Prix de vente : 40.00 €

Description

COFFRET contenant VILLERUPT 1966, un livre de 300 pages rassemblant
Quéquette Blues (1984-1986), La Piscine de Micheville (1985) et Vive la classe (1987)
+ 1 DVD Génération Baru réalisé par Jean-Luc Muller (52mn)

Ces chroniques adolescentes des années 60, à l'ombre des hauts-fourneaux de Lorraine (Villerupt) n'ont pas pris une ride. Histoires drôles, parfois émouvantes, de potes, de drague, de bastons et de rock'n roll, dans le contexte particulier de la fi n de ces «30 glorieuses» dont on fait grand cas aujourd'hui.

Baru n'a jamais vraiment quitté ces thèmes développés dans ses premiers livres mais ce qui frappe à la relecture de Villerupt, 1966 c'est la justesse et l'humilité dans ses histoires et son dessin.

Tandis que Quéquette Blues est toujours réédité par les éditions Casterman, et Vive la classe ! est en cours de réédition chez les éditions Futuropolis, c'est dans ce coffret Villerupt, 1966, que sont rassemblés pour la première fois ces trois livres accompagnés d'un DVD Génération Baru, un portrait de l'auteur qui complète parfaitement ce recueil de nouvelles de 300 pages.

« Génération Baru », un documentaire de 52mn écrit et réalisé par Jean-Luc Muller.

Baru de son vrai nom Hervé Baruléa est une véritable «exception culturelle» dans la bande dessinée française. Depuis le triomphe de son premier livre Quéquette blues en 1985, il n'a cessé de décrire la vitalité, les soubresauts et le besoin de dignité de ce qu'on nommait encore autrefois «la classe ouvrière». Son style est unique, le trait rageur, sa personnalité sans concession. Récompensé à deux autres reprises par le Festival d'Angoulême (Meilleur album en 1996 pour L'autoroute du soleil), c'était donc normal, qu'un vrai portrait voit le jour sans trahir son engagement et son style. Et c'est La piscine de Micheville qui sert de fi l conducteur à un fi lm à l'esprit libre, qui renoue les liens du passé et du présent. Baru revient sur les «lieux du crime» à savoir Villerupt, les vestiges d'un passé sidérurgique qui lui tient toujours à cœur, mais le «roadmovie» réserve beaucoup de surprises.


 
Votez pour cet album

Soyez le premier à évaluer cet album
Pour évaluer cet album, vous devez créer un compte ou vous identifier